CONTACT:
bonjour@plasma-mag.fr

Tateishi Tetsuomi, ou la rêverie mystique taïwanaise

Fait relativement peu connu en occident, Taïwan, point névralgique du commerce en extrême orient, fut sous domination japonaise pendant 50 ans. Le mandat prit fin en 1945 avec la capitulation inconditionnelle du Japon.

Tateishi Tetsuomi (1905-1980), est un enfant de cette période coloniale. Il naît et grandit sur l’île avant de rentrer au pays du soleil levant durant l’enfance. Ayant gardé des souvenirs paradisiaques de cette époque, il revient jeune adulte pour y trouver l’inspiration. Considéré comme un artiste prometteur, la plupart de ses œuvres sont dramatiquement perdues à la fin de la guerre, lors de son exode forcé au Japon. Il vit d’illustration éditoriale, avant de retrouver la fibre de la peinture vers la fin de sa vie.

Son travail exprime remarquablement la propension à la rêverie et à la nostalgie qui ont caractérisé sa vie. Notons également que sa série de paysages mystiques/natures mortes n’a rien à envier à nos surréalistes européens.

Détails singuliers au bas du tableau ci-dessous, on trouve une page des Très Riches Heures du Duc de Berry, ainsi que des cartes du tarot de Marseille ! La composition quant à elle est tout à fait orientale, avec cinquante pourcent de vide, celui-ci se conforme au thème bouddhiste de la vacuité.