CONTACT:
bonjour@plasma-mag.fr

Cashmere Cat – Princess Catgirl

Certains d’entre-vous ne connaissent peut-être pas encore le personnage qui se cache sous le pseudonyme de Cashmere Cat.
Il faut dire que Magnus August Høiberg, producteur, disc-jockey compétiteur aux DMC World DJ Championships de 2006 à 2009 pour la Norvège, se fait discret. De nature plutôt timide, il a sorti un clip présentant son univers, ainsi que celui de la chanteuse MØ, intéressant à regarder.

En tant que grand amateur de félins, je dois avouer que c’est d’abord son nom et ses visuels agrémentés de chats fluffy qui m’ont poussé à écouter sa musique.

Découvert en 2012 par le label Pelican Fly, il sort son premier EP Mirror Maru, et pour ma part, le coup de foudre est immédiat. Depuis, je n’ai cessé de suivre son évolution. Son style de musique atypique oscille entre RnB, pop-futuriste, hip-hop et bass music. Il utilise également beaucoup de sample vocaux, des petits bruits en tout genre, des miaulements, des hurlements de loups, et bizarrement, tout ça crée un ensemble très aérien et mélodieux. Adoubé par ses pairs (Hudson Mowhawke, Rustie…), il a produit un grand nombre de titres pour des artistes comme Kanye West, Camilla Cabello, Tinashe, et j’en passe.

Princess Catgirl est le deuxième album de Magnus. On peut le voir comme un retour aux sources, le premier, 9, étant bourré de featuring avec des gros artistes, ici il repart en solo. Au menu, sept titres avec les émotions comme fil conducteur. L’amour, le regard des autres, la solitude, des thèmes récurrents dans l’univers de Cashmere Cat. Un petit hommage à XXXTentacion en prime. On sent que l’artiste a voulu créer une ambiance particulière pour ce projet, en témoignent les deux clips réalisés en animation 3D, avec Margaret Qualley dans le rôle de la princesse.

Vous l’aurez compris, il m’est difficile d’être objectif en tant que fanboy. Je sais qu’il y aura toujours des gens pour dire que les vocaux ressemblent à ceux d’Alvin et les Chipmunks, on ne peut pas plaire à tout le monde…